TOUT SUR… LA NOIX DE MUSCADE

Son parfum puissant mi-poivre mi-cannelle redonne du caractère à vos plats, desserts et boissons. Mais restez sur vos gardes et utilisez-la avec parcimonie, car cette poudre peut s’avérer dangereusement toxique…

muscade2

muscade1C’est quoi, exactement ?
Muscade ? Et bien non, ce n’est pas une ville. En fait, la noix de muscade, c’est le fruit du muscadier, un arbre immense originaire d’Indonésie. Pour obtenir une belle noix de muscade, il faut s’armer de patience, et aimer jouer à cache-cache : le muscadier fait naître des fleurs orangées. De ces fleurs naît un fruit jaune-orangé parcemé de petites tâches. Lorsque ce fruit est mûr, on peut l’ouvrir en deux et découvrir un noyau rouge vif en son centre : c’est ce qu’on appelle le macis. Dans ce noyau se cache une amande brune : la voici, la noix de muscade !

Et qu’est ce qu’on en fait ?
On l’utilise à l’état brut mais râpée, à petite dose, pour parfumer une soupe, des légumes, ou pour relever un gratin Dauphinois. On la trouve aussi directement réduite en poudre, assaisonnant des cocktails comme le Brandy Egg Nogg, un classique à base de Cognac.

Vertues ?
Elle se vend en huile essentielle, indiquée pour stimuler la digestion et faciliter l’élimination des parasites intestinaux.

Un narcotique légal…
Attention cependant à mesurer votre consommation de noix de muscade : à forte dose, elle contient des substances toxiques qui provoquent des effets souvent comparés au LSD ou à l’héroïne. Au delà de 20g ingéré par une même personne, elle entraînera une très forte déshydratation, allant jusqu’à la mort… Les prisonniers en sont les premiers consommateurs.

C’est cher ?
Oui, un peu. Comptez environ 5€ les 100g pour la noix de muscade, 3,60€ pour un flacon de noix de muscade en poudre de 35g.
On la trouve facilement en supermarché.

Tout sur…le yuzu

Ingrédient à la mode cité à tout-va dans nos magazines culinaires préférés, prononcez-le « youzou » pour avoir l’air informés… Petite mise au point sur ce fruit particulier.

Citron ou clémentine ?
A mi-chemin entre les deux ! Le yuzu ressemble à un mini pamplemousse avec une surface un peu cabossée. Niveau goût, on se rapproche davantage du cédrat.

D’où vient-il ?
Il  est originaire de l’Est de l’Asie. Bien qu’il ait une très bonne résistance aux climats hivernaux, ça saison est très courte : de fin octobre à fin décembre seulement.

C’est bon ?
Acidulé et puissant, rares sont ceux qui le consomment comme un fruit ordinaire. Sous sa peau épaisse, très peu de chaire et beaucoup de pépins. Bien plus intéressant d’utiliser son zeste comme condiment, son jus comme assaisonnement (pour une sauce « ponzu » du tonnerre), sa peau en confiture ou le tout en dessert.

En cuisine seulement ?
Et non ! On peut faire comme les japonaises et glisser 4 ou 5 yuzu coupés en deux dans notre bain juste avant l’hiver pour une année sans rhume garantie. Toujours selon les dictons Japonnais, cette utilisation du fruit permettrait d’éviter la fatigue, les douleurs et contribuerait à adoucir la peau. Bon, par contre, il est bon de rappeler son prix : environ 4€ pièce. Pour un bain, ça fait un peu cher…

On le trouve où ?
Chez certains commerçants, dans les épiceries fines et supermarchés asiatiques. Il existe aussi des bouteilles de jus de yuzu, mais là encore, le prix est élevé.